Procession quotidienne au Sépulcre

François d'Assise et ses frères arrivèrent en Terre Sainte avec le désir de pouvoir, dans ces lieux sanctifiés, "respirer" la présence de l'Homme-Jésus. La procession quotidienne au St Sépulcre, qui comprend les lieux de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ, est une manière de rappeler aux pèlerins la nécessité de constamment réfléchir sur l'humanité de Jésus qui, en ces lieux, a souffert sa Passion et s'est manifesté dans sa Résurrection. Par le biais de la Via Crucis, la procession quotidienne a rappelé l'importance de la dévotion de la croix, un thème cher au Saint d'Assise et à la spiritualité franciscaine.
La procession ne vient pas d’une pratique rituelle des frères de la communauté du Sépulcre, et elle n’est pas non plus une "liturgie" réservée au seul culte des chrétiens locaux, mais elle est offerte à tous les pèlerins chrétiens qui viennent jusqu’à la basilique. Cela a contribué à préserver l'origine des sanctuaires comme patrimoine de l'Eglise Catholique Universelle. En témoignent la patience et la présence persévérante de communautés des frères mineurs au Sépulcre.
La structure de la procession a subi quelques modifications et changements qui se sont succédés à travers les différentes époques de l’histoire, et qui ont permis de conserver la pratique de la Procession quotidienne jusqu'à nos jours.
On peut trouver dans cette procession une part fortement liée à la dévotion des lieux, comme les «reliques» de la passion, de la mort, et de la résurrection de Jésus-Christ, mais aussi une dévotion pour les personnages qui ont été acteurs de ces moments (Marie Mère de Jésus, Jean, Marie de Magdala, etc. etc. ). La Parole de Dieu est un élément fondamental de cette procession, elle est souvent proposée et relue sous un angle poétique.

Tradition historique et liturgique

L'ancienne coutume décrite par Égérie qui consistait à parcourir tous les lieux saints et ceux de la passion, de la mort et de la résurrection de Jésus, a survécu pendant des siècles où la tradition etait de grande importance. Égérie témoignait que toute la communauté était présente lors de la procession, et formait un cortège pour escorter l'évêque qui se déplaçait dans les différents sanctuaires de la ville pour célébrer la liturgie, récitant des chants, des psaumes et des hymnes. Avec la conquête islamique de Jérusalem, les manifestations chrétiennes extérieures ont été interdites, et toutes les cérémonies ont ensuite été célébrées à l'intérieur des églises.
Pendant la période des croisés cette pratique s’est également développée, de manière similaire et très simple, surtout après que les Latins eurent le droit de circuler librement autour de la tombe.
L'arrivée des Frères Mineurs dans la Basilique (présents au Saint-Sépulcre depuis longtemps mais reconnus officiellement par les Papes en 1342) a permis de rétablir le culte chrétien dans les Lieux Saints, depuis longtemps entre les mains des autorités musulmanes, de garder les sanctuaires et d’y célébrer la liturgie. Le plus ancien texte relatant une procession remonte à 1431 et se trouve dans le journal de Mariano de Sienne. La communauté des moines accueillait les pèlerins en les introduisant et en les guidant dans le Lieu Saint. Les pèlerins, après l'entrée dans l'après-midi, effectuaient la visite du sanctuaire sous la forme de procession et après une nuit de prière passée à la basilique, la pérégrination se clôturait avec l’Eucharistie solennelle et communautaire célébrée par le Custode franciscain.
A partir du XVIe siècle, avec l’augmentation du nombre de religieux résidant au Sépulcre, mais aussi principalement en raison de l’arrivée de l'Empire ottoman, la procession a commencé à devenir une pratique quotidienne de la communauté, plutôt qu’une cérémonie réservée à l’arrivée des pèlerins, perdant ainsi une partie de son caractère pastorale, en raison de facteurs historiques évidents.
La réforme substantielle de la procession s’est effectuée en 1623 avec le Custode Tommaso Obicino, en référence avec ce qui venait d’être publié sur la procession officielle, Ordo Processionalis.
En 1924, le Custode de l’époque, le Père Ferdinand Diotallevi a ajouté dans les stations de la procession quotidienne celle de Notre Dame des Douleurs au Calvaire. L'année suivante, une nouvelle version de la procession est entrée en vigueur avec des modifications dans les hymnes pour les adapter à la version officielle de l’Antiphonaire romain.

Itinéraire

Au son des cloches, la communauté des moines se rend dans le chœur pour la récitation de la Liturgie des Heures, ils sortent ensuite du chœur et commencent la procession. Celle-ci, composée de quatorze stations, débute et se termine au même endroit, c'est à dire dans la chapelle du Saint Sacrement ou de l'apparition de Jésus ressuscité à sa Mère. Les moines de la communauté participent à la procession ainsi que certains venant de St Sauveur. À chaque station, un hymne approprié au lieu est récité ou chanté, suivi d’un antiphone et d’une collecte, et à la fin, un Pater, un Ave et un Gloria sont récités. Jusqu'à la septième station, la procession est récitée recto tono, c'est-à-dire en utilisant toujours la même note, et ensuite, elle est chantée.
Autrefois les prêtres d'autres confessions participaient également à la procession, mais cette pratique est tombée en désuétude avec le temps. Les frères ont également le droit de brûler de l'encens et de prier sur les autels des autres confessions chrétiennes.

La procession suit cet itinéraire:

  • I. A l’autel du St Sacrement;
  • II. A coté de la Colonne de la flagellation;
  • III. A la Prison du Christ;
  • IV. A l’autel du partage des vêtements du Christ;
  • V. Dans la Crypte du recouvrement de la Croix;
  • VI. A la chapelle Sainte Hélène;
  • VII. A la chapelle du couronnement et des injures;
  • VIII. Au lieu de la Crucifixion sur le Calvaire;
  • IX. Au lieu où le Christ expira sur la Croix;
  • X. A l’autel de Notre Dame des Douleurs;
  • XI. A la Pierre d’onction;
  • XII. Au glorieux Sépulcre de Notre Seigneur Jésus Christ;
  • XIII Au lieu de l’apparition de Jésus à Marie Madeleine;
  • XIV. A la chapelle de l’Apparition de Jésus ressuscité à sa mère.

Pour les jours de grande solennité dans l'église, la procession est avancée et revêt une forme solennelle. Un Prélat prend part à la procession avec les Frères Mineurs et est reçu solennellement dans la basilique.

Sources: M. Teresa Petrozzi, La Procession quotidienne au Sépulcre, en ....
Marco Adinolfi OFM, La Procession quotidienne au Sépulcre, en ECO de TS 1995-1999
ORDO PROCESSIONIS QUÆ HIEROSOLYMIS IN BASILICA SANCTI SEPULCRI D. N. IESU CHRISTI, A FRATRIBUS MINORIBUS PERAGITUR, Italiano – English – Español, Custodia Terræ Sanctæ [2006].
Stéphane Milovitch OFM, La célébration quotidienne latine de la Mort et de la Résurrection du Seigneur au Saint Sépulcre de Jérusalem – Etude historique et eucologique pour une réforme.


Ordo Processionis in basilica Sancti Sepulcri

Custodia Terræ Sanctæ

  • Télécharger le Pdf de la Procession quotidienne au Sépulcre
    (1,27 MB)

Procession quotidienne au Sépulcre