Parvis et l'entrée

questa immagine rappresenta tutta la planimetria del santo sepolcro con le linee di contorno delle varie sezioni
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro

    testo

    questa immagine rappresenta tutta la planimetria del santo sepolcro con le linee di contorno delle varie sezioni
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro
    questa immagine fa parte di una sezione della pianta di santo sepolcro


    A travers les rues étroites du souk de la vieille ville, remplies de vendeurs, de souvenirs religieux et de pèlerins curieux, le visiteur se retrouve de manière presque inattendue devant l'entrée de la basilique du Saint Sépulcre.

    En face d'une petite place pavée entourée de trois bâtiments apparaît la façade de l'église des Croisés, avec ses portes, dont seule celle de gauche reste ouverte, surmontée d'autant de fenêtres encadrées par des arcs légèrement pointus et par des frises élaborées et ornées de motifs végétaux. Les deux portes de l'époque croisée étaient enrichies par des lunettes décorées: sur celle de droite une mosaïque représentait la Vierge Marie. Celle de gauche a conservé encore les empreintes d'opus sectile composé de marbre précieux sculpté.

    Les croisés, après avoir terminé la façade, y ont ajouté le clocher, dans l'angle gauche de la place. Il est aujourd'hui privé de ses étages supérieurs qui se sont effondrés en 1545.

    Sur la droite, un escalier ouvert conduit à un portique surmonté d'une coupole cylindrique. Il s’agit de l'accès d'origine extérieur au Calvaire, ensuite transformé en petite chapelle des Francs, détenue par les latins et dédiée à Notre-Dame des Douleurs.

    En arrivant sur le parvis, le long des gradins qui mènent au dallage, on peut encore voir les bases des colonnes qui soutenaient le portique croisé. Ces colonnes ont été enlevées puis envoyées comme cadeau à la Mecque en 1244 à l'initiative de Corasme.

    Le long des cotés est et ouest du parvis, on peut voir les entrées des chapelles greco-orthodoxe, arménienne et éthiopienne, ainsi que le monastère grec qui s'étend sur le côte oriental.

    L’accès au Sanctuaire, unique avec une porte principale reconnaissable par ses deux battants en bois, a été confié à deux familles musulmanes, Judeh et Nuseibeh, du temps de Saladin. Ces familles effectuent chaque matin et chaque soir le même rituel de l'ouverture et de la fermeture de l'extérieur de la Basilique, un geste transmis de père en fils.

    En franchissant le seuil de cette porte, sur le côté gauche, on peut encore voir un banc ; le divan utilisé par les «portiers musulmans ». Banc sur lequel s'assoient aujourd'hui les pèlerins et les religieux de la Basilique.

    Parvis et l'entrée